Marie-Pier Aubry and Maxime Lévesque

Fondateurs et designers industriels — AllStudio
Saint-Henri, Montréal

Notre processus créatif est très appliqué : on veut toucher et jouer avec les matériaux Dans le temps, une cuillère en bois ou un meuble pouvait se passer de génération en génération. Les objets étaient faits de façon artisanale, ils avaient une véritable histoire. Aujourd’hui, beaucoup de gens achètent des sofas bas de gamme qu’ils changent aux cinq ans. Nous, on se bat un peu contre ça.

« On adore travailler en collaboration avec plein de monde, ça nous apporte tellement. On aime être entourés. »

L’histoire du studio a commencé quand on étudiait ensemble. Pour un projet d’université, on a produit des pinces à cravates en bois qui ont été achetées et distribuées par une grande chaîne de magasins au Québec. C’est drôle de voir où la vie nous mène parfois : quand j’étais jeune, je fabriquais déjà des bijoux que je vendais un peu partout. J’imagine que j’étais probablement destinée à cette vie-là.

On ne fait plus tellement ce genre d’objets-là aujourd’hui, mais ça nous a servi de tremplin pour partir notre studio et se concentrer sur les projets dont on rêvait. Depuis, on travaille avec des architectes, des directeurs photo et des entreprises locales. On adore travailler en collaboration avec plein de monde, ça nous apporte tellement. On aime être entourés.

« L’objectif du design, surtout du design industriel, ce n’est pas simplement de faire quelque chose de beau. »

En ce qui concerne notre processus créatif, disons qu’il est très appliqué : on veut toucher les matériaux, jouer avec. On fait de tout : des moules, du modelage, on chauffe, on soude, on fait des mélanges, on fait des tests, des prototypes, de la découpe. C’est ça qui nous passionne! Diane Bisson, une designer industrielle québécoise reconnue à travers le monde, nous a encouragés à avoir cette approche-là. On ne peut pas faire du design industriel avec des plans seulement. Il faut toucher, manipuler, tester. C’est comme ça qu’on trouve de nouvelles façons de mettre en forme, de créer de nouveaux objets.

Un exemple qu’on aime donner, c’est que tu peux suivre un cours universitaire de 100 heures sur les caractéristiques d’une essence de bois, mais si tu ne l’as jamais touchée, coupée ou travaillée, tu ne sauras jamais ce que ça peut faire ou ne pas faire.

« On pourrait ressortir des dessins qu’on a faits il y a quatre ans qu’on pourrait encore faire aujourd’hui. C’est la qualité d’un bon design, selon nous. »

L’objectif du design, surtout du design industriel, ce n’est pas simplement de faire quelque chose de beau. Ça doit être fonctionnel. Les gens ne vont pas accrocher notre travail sur leur mur de salon comme une toile, ils vont l’utiliser tous les jours. Ça doit être bien conçu, bien fabriqué. Quand on fait un meuble ou un objet, il faut penser au look, mais aussi à son utilisation, son poids, au transport, à l’assemblage, à tout ça en même temps. Ça prend un esprit aussi technique qu’artistique. Il y a tellement d’objets du quotidien qui bénéficieraient d’un meilleur design, autant pour leur look que pour leur utilisation. Un exemple comme ça : les bacs à compost. C’est pas beau, c’est pas pratique, ça ne sent pas bon. Il y a quelque chose à faire avec ça!

Notre style, on ne peut pas le décrire en un seul mot. On essaie d’avoir un style moderne et minimaliste, beau aujourd’hui, mais aussi intemporel. C’est difficile d’ignorer complètement les tendances, même en essayant de créer des objets qui survivront aux modes. On pourrait ressortir des dessins qu’on a faits il y a quatre ans qu’on pourrait encore faire aujourd’hui. C’est la qualité d’un bon design, selon nous.

« Même si on vise des collaborations internationales, on est fiers de travailler localement. »

Ce qu’on aime dans la philosophie du minimalisme, c’est le caractère intemporel, à l’abri des modes et des tendances éphémères ou de la couleur de la saison. Le minimalisme a toujours existé, mais il est devenu plus à la mode dans les dernières années. On croit que c’est là pour rester même si ça évolue. Les Scandinaves sont les meilleurs là-dedans, c’est un de nos rêves de collaborer sur des produits avec des marques danoises comme Stelton ou HAY.

Même si on vise des collaborations internationales, on est fiers de travailler localement. Les clients sont aussi plus sensibles au fait d’acheter des objets faits ici, avec des matériaux écologiques, par des artisans de chez nous. Au final, ça donne un produit de meilleure qualité. Chez Allstudio, on s’inscrit dans ce mouvement-là, tout en visant que nos produits restent accessibles. On ne veut pas être dans les musées, on veut être dans les cuisines et les salons des gens.

Magasinez leurs favoris